Relations de fluctuation

Orateur: CHÉTRITE Raphaël
Localisation: Université de Nice, France
Type: Groupe de travail Courbure, Transport Optimal, et Probabilités (CTOP)
Site: Hors LAMA , IHP
Salle: 01
Date de début: 04/06/2015 - 14:00
Date de fin: 04/06/2015 - 14:00

Pendant longtemps, la majorité des résultats universelles que nous possédions pour des systèmes d'équilibre modélisé par des processus Markoviens étaient valables au voisinage de la réversibilité. C'est le cas par exemple du théorème de Fluctuation-Dissipation (TFD) démontré sous sa forme moderne par Callen et Welton en 1951, des relations de réciprocité que Onsager énonça en 1930 et des relations de Green-Kubo datant de 1957. Durant la décennie 1990, les physiciens ont commencé à s'intéresser a des extensions de ces résultats dans le cadre de système loin de l'équilibre, par exemple en étudiant la brisure du TFD pour des dynamiques de relaxation de système vitreux. Puis en 1993, Evans, Cohen et Morriss ont découvert lors d'une simulation numérique une symétrie dans la distribution de la création d'entropie d'une particule thermostatée soumis à une force extérieur. Cette découverte entraîna une grande quantité de travaux et de résultats : comme les relation de Gallavotti et Cohen, de Jarzynski, de Crooks. Chacune de ces relations concernant une quantité donnée : la contraction dans l'espace des phases, la production d'entropie, le travail reçue ou la chaleur reçue, dont la définition diffère souvent d'un travail, ou d'un contexte, à l'autre. La disparités des formalismes et des quantités définies fut la source de polémiques et de conflits. Dans mon exposé, je montrerais que tous ces résultats peuvent être unifié et rationalisé dans un cadre probabiliste simple.